L'Âne qui butine


Cœurs obsolètes

 

 

 

 

 

Jean-Guy Closset s’obstine à polir le métal,
le symboliser jusqu’à tenter de réanimer
une parole. Les outils sidérurgiques, miniers
qu’il utilise répondaient aux langages de ceux
qui les maniaient. On a abandonné les uns,
on a disqualifié les autres.
Amener Frédéric Saenen dans l’atelier charbonnier de Jean-Guy Closset, c’était avoir la certitude
d’y inviter une célébration de la vie. Les Cœurs
la réclamaient.
On ne sait pas sauver les hommes, alors on sauve ce qui peut naître.
Christian Duray

 

 

Poèmes : Frédéric Saenen. Photos : Jean-Guy Closset.

Enveloppe tamponnée, livre relié main, couverture rehaussée chacune de rouge par l'artiste, accompagné d’une vertèbre industrielle peinte par l'artiste.

Tiré à 102 exemplaires numérotés, signés de l'artiste.

Toute commande par mail : anequibutine@gmail.com ; nous ne postons pas cet ouvrage : le poids de la vertèbre qui l'accompagne entraîne des frais de port supérieurs au prix de vente... Bien sûr, si le curieux accepte de payer 17 euros d'emballage et de port, pas de souci : un p'tit mail et c'est parti !

 

 

Frédéric Saenen

Le pyrographe

 

 

Après un long parcours de photographe,
j’ai appris la chaudronnerie, la plomberie et
me suis mis à la sculpture métal découpant des silhouettes (l’ancêtre de la photographie) dans de la tôle.
Travaillant ainsi pour le spectacle, j’ai rencontré des artificiers et me suis mis à la pyrotechnie, bien que n’aimant pas les feux d’artifices, si, si !
En plasticien, j’ai mis au point mes propres spectacles pyrotechniques : Feux d’eau, Tableau pyro, Petite symphonie pyrotechnique pour cheminées et Feu miniature.
Ensuite, en photographe, j’ai recherché
une surface sensible pour fixer ce qui jusqu’alors n’était qu’éphémère.
Me rappelant la technique du « Fresco » (dont vient le mot - galvaudé aujourd’hui - de fresque, à l’origine une peinture murale réalisée aux pigments sur des enduits frais), j’ai commencé à m’y essayer fin 2014.
Usant des enduits actuels pour la matière,
le relief, la pyrotechnie pour les couleurs,
les « Pyrographies » sont nées.
Arnaud Bruni

 

 

Couverture : Soft Touch blanc ou noir,
fragment original d’une pyrographie réalisée sur papier,
titre impression dorure à chaud.
Intérieur : photo sur Bamboo, texte sur Conqueror.
55 exemplaires reliés main, sous couverture rehaussée d'un fragment de papier métal.

Toute commande par mail : anequibutine@gmail.com ; frais de port 0 € France & Belgique.

Nidraged (Auteur)

Donne-moi une banane

Essai poétique sur la sulfureuse Italienne, La Cicciolina. Une postface de von Knapheyde éclaire sur son parcours.

Extraits :

Ilona Staller vous avez bien dit Ilona ?

Qui a saccagé le cœur d’Ilona

Tout est à refaire elle s’y emploie

La Cicciolina comme concept c’est le travail d’Ilona (elle s’y attelle)

Irrécusable comme la poésie (si la poésie est irrécusable)

Ilona en partition vocale Ilona en scandaleuse sucrée

 

213 exemplaires numérotés, reliés main.
Chaque livret est accompagné du 45 tours d’origine, Muscolo Rosso.
Livret et vinyle ne peuvent être vendus séparément.

Toute commande par mail : anequibutine@gmail.com ; frais de port 0 € France & Belgique.

Liliane Giraudon (Auteur)

Pubères, putains

Texte français : Jean-Pierre Verheggen.
Traduction en néerlandais et préface : Christoph Bruneel.
Texte 4e de couverture : Peter Holvoet-Hanssen.

C’est la 1re fois qu’un titre de Verheggen est traduit dans son intégralité en
néerlandais.
Sous son titre «accrocheur» se cache un texte profond, pimenté trivial,
sur la préadolescence, ce qui se passe dans la tête et dans le corps,
épousant le cruel et le sexuel, l’obscène et la pureté.
Un texte au vocabulaire largement imagé ou cru, plein de tendresse
et d’explosion de sentiments. Jean-Pierre Verheggen pioche tous azimuts
dans le langage pour exprimer son inspiration et sa verve. Et son humour
quand il pose cette question : «Quand serai-je traduit en français ?»

 

Quelques réactions (traduites du NL par Christoph Bruneel) :

de Jan Fabre :

Eindelijk! Hij is er!!! Jean-Pierre Verheggen
in het Nederlands! : meer dan bedankt!
Ik heb het in een ruk uitgelezen, wat een spannend leesplezier en wat een zwierend
en subversief taalbraaksel. Echt Belgisch.
Dit hebben we niet in Vlaanderen.
Dit mis ik in Vlaanderen.

Enfin ! Le voilà !!! Jean-Pierre Verheggen
en néerlandais ! : merci infiniment !
Je l’ai lu d’un souffle, quel captivant plaisir
de lire et quel vertigineux et subversif dégueulis
de langue. Du pur sang belge.
On n’a pas d’équivalent en Flandre.
C’est ce qui me manque en Flandre.

 

de Frans De Haes :

Ik blijf meer dan ooit bij mijn eerste appreciatie: een accurate en schitterende vertaling!

Je reste plus que jamais à ma première appréciation : une minutieuse et splendide traduction !

 

de Peter Holvoet-Hanssen :

Amaaaaaaaaaaaaaaaaaaaai, wat een tsunami toch, wat een heerlijk orgastische poëziepietenpakkerij!
Overigens, het voorwoord is welhaast zo zalig als het werk zelve, formidastisch, echt.

Eeeeeeeeeeeh bééééééééééé, quel tsunami, quelle pubères putains poésie orgastique ! De plus, la préface est aussi divine que le texte en soi, est formidable, vraiment.

 

de Gie Devos :

Wat betreft de tekst die je me doorstuurde van Jean-Pierre Verheggen. Ik las hem. Het was een aangename verrassing. Een avontuur.

Deed me denken aan de Franse surrealisten. Zwaar. Een vleugje Lautréamont. Pjeroo Roobjee kwam me voor de geest. Geen auteur om meer dan tien bladzijden per dag van te lezen.

Kwalitatief wel degelijk. Zou ik uitgeven goed wetende dat er geen honderd exemplaren van verkocht zullen worden. Het is geen journalistieke, vlotte tekst die moeder de vrouw kan lezen terwijl ze met de klutser in een pot stoemp staat te roffelen.

Je wordt erg betrokken als je sterk geconcentreerd leest.

Proficiat met de vertaling. Ze voelt fris en beweeglijk aan. Geen eenvoudige klus, denk ik!

Concernant le texte de Jean-Pierre Verheggen que tu m’a envoyé. Je l’ai lu. Ce fut une agréable surprise. Une aventure.

Cela m’a fait penser aux surréalistes français. Puissant. Un soupçon de Lautréamont. Le nom Pjeroo Roobjee me vint aussi à l’esprit. Ce n’est pas un auteur à lire plus de dix pages par jour.

Qualitatif, sûr et certain. Je l’éditerai en sachant que tu en vendras à peine cent exemplaires. Ce n’est pas un texte journalistique au style coulant que la femme au foyer lit pendant qu’elle bat au fouet son stoemp.

On se sent très concerné pendant une lecture attentive. 

Félicitations avec ta traduction. Elle est fraîche et vive. Ce ne fut pas une mince affaire je suppose!

 

de Luc Vandierendonck :

MACHTIG!!!!!          

Beste Christoph en Bruneel,

wat een machtig boek heb ik je gekocht?
Na het lezen van jou voorwoord kon ik al niet meer bewegen.
Deel 1   2   3
zo ver ben ik nu gekomen en ik doe het gewoon in mij broek.

Neen neen nee dit hebben we niet in Vlaanderen.

(Ik kan er zo mijn drums op botvieren.

Het KLOPT het KLOPT erop!)
...

Ik zie er ook een unieke theatertekst in.
...

 

FORMIDABLE !!!!!

Cher Christoph et Bruneel,
quel livre formidable que je t’ai acheté ?

Après la lecture de ta préface j’étais déjà sidéré.
Parties 1   2   3
à ce point je suis arrivé et je me trouve le cul par terre.

Non non non on n’a pas d’équivalent en Flandre.

(Je peux de suite donner libre cours à ma batterie.
Ça TAPE ça TAPE dessus !)

J’y vois aussi un texte théâtral sans précédent.

 

 

Toute commande par mail : anequibutine@gmail.com ; frais de port 0 € France & Belgique.

Christoph Bruneel (Relieur & restaurateur de livres), Jean-Pierre Verheggen (auteur)